Rencontres culturelles franco-allemandes Fribourg-en-Brisgau 2016

La Bourse ou la vie

Nos sociétés entre marché globalisé et crise de l'UE

Les crises actuelles de l’UE – les discussions autour du maintien de la Grèce dans la zone euro, le renforcement d’un populisme de droite et des nationalismes, ou encore les résiliations dramatiques de la solidarité européenne – ne constituent que les dernières accentuations d’une opposition entre points de vue qui tient en réalité depuis longtemps déjà l’Europe sous son emprise. Dans le dialogue entre la France et l’Allemagne, en particulier, se manifestent des divergences de principe qui agitent l’ensemble de notre communauté européenne et menacent même de la scinder.

On aurait tort de ne voir là qu’une controverse limitée aux seuls experts financiers débattant de morale budgétaire et des mesures à adopter dans les différents pays européens. Au plus tard avec la crise migratoire actuelle, qui met au défi l’Europe entière, la discussion s’étend à des sujets proprement existentiels, tels que ceux des conditions de vies respectives, des valeurs humanistes et des droits de l’Homme. Les principes fondamentaux de la société ouverte tout comme le modèle européen dans son ensemble font aujourd’hui face à une épreuve d’une gravité sans précé-dent.

Le déficit croissant de participation et de démocratie, dans un contexte actuel de concurrence européenne et mondiale où l’économie est au premier plan, est patent. L’État fort et directif revient au goût du jour, des économistes plaident de nouveau pour davantage de régulation et de justice distributive . Pour autant, même au sein de structures transnationales et édifiées par consensus comme l’Union européenne, le développement de mécanismes participatifs et de représentation démocratique reste à la traîne. Dans un tel contexte, la question se pose de savoir si la conception traditionnelle de la démocratie demeure applicable aux marchés mondiaux et aux médias de l’information, ou si nous devons nous résigner à accepter ceux-ci comme instaurant inexorablement une condition « post-démocratique ».

Les Rencontres culturelles franco-allemandes seront l’occasion de mener ce débat fondamental, sous la forme de conférences, de discussions et d’autres formats en-core.

Conférences et débats

Débat inaugural

Allocutions de bienvenue

Juliane Besters-Dilger
Prorectrice de l'Université Albert-Ludwig de Fribourg-en-Brisgau, en charge des études et de l'enseignement

Ulrich von Kirchbach
Maire adjoint de la Ville de Fribourg, chargé des affaires culturelles et sociales, de l'intégration et du troisième âge

Vendredi 29.4 2016

19 h 30

Aula der Universität Freiburg, Kollegiengebäude I
Platz der Universität 3

Débat inaugural

Consensus ou confrontation : à la recherche de la voie adéquate vers le bien-être, entre partenariat social et lutte des classes

Lars Feld
Professeur de politique économique à l'Université de Fribourg, directeur de l'Institut Walter Eucken de Fribourg, membre du Conseil économique allemand

Valérie Rabault
Députée (PS), rapporteure générale du budget à l'Assemblée nationale

Modération

Barbara Kunz
Chercheur en sciences politiques au Comité d'études des relations franco-allemandes (CERFA, Paris)

Suivi d'une réception ouverte au public

Modération de l'ensemble des Rencontres culturelles

Wolfgang Eßbach
Sociologue, membre du Frankreich-Zentrum de l'Université de Fribourg

L'individu face aux marchés

En partant des cas de la France et de l'Allemagne, le débat portera sur la question de savoir dans quelle mesure les principes de la logique économique et financière exercent ou sont légitimés à exercer une influence décisive sur la vie des individus et des sociétés, sur leurs valeurs et leurs buts. Cette question, comme le débat sur les alternatives qui en découle, traverse de nombreux domaines. Des économistes et des sociologues réfléchissent à des « indicateurs alternatifs de richesse », l'éternelle question des principes adéquats de répartition, d'organisation et de rémunération du travail demeure d’actualité, tandis que la culture constitue désormais une ressource sociale et un bien public, mais aussi une « marchandise » commodifiée et le produit de ce que l'on nomme aujourd'hui les « creative industries ».

Samedi 30.4.2016

10 h - 12 h30

Aula der Universität Freiburg, Kollegiengebäude I
Platz der Universität 3

Intervention d'ouverture

Florence Jany-Catrice
L'économie du bien-vivre et la nécessité d'autres indicateurs de richesse

Table ronde

David Bernet
Réalisateur suisse, auteur du film « Democracy »

Florence Jany-Catrice
Professeur d'économie à l'Université Lille I, chercheur au Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé-CNRS), membre du Forum pour d'autres indicateurs de richesse (FAIR)

Markus C. Kerber
Juriste et professeur en finance et politique économique à l'Université technique de Berlin, fondateur du think-tank interdisciplinaire
« Europolis »

Modération

Sabine Syfuss-Arnaud
Chef du service « International » au magazine « Challenges »

Mondialisation et/ou démocratisation?

Les collectivités nationales elles aussi sont dépendantes de structures qui échappent à leur contrôle, telles que le marché financier global ou l'industrie des données sur internet.

Le problème se pose de manière plus vive encore là où il est même question d'amputer les capacités d'influence des Etats, comme c'est actuellement le cas dans les discussions autour du TAFTA ou de l' « exception culturelle » française, voire européenne. Apparaît ici tout le caractère paradoxal du débat ; car si les processus de régulation et de légitimation semblent s'opposer diamétralement aux revendications à plus de liberté, la liberté dont on parle là est aussi bien celle à l'égard des barrières commerciales que celle à l'égard d’un contrôle totalitaire de l'information.

Samedi 30.4.2016

14 h30- 17 h

Aula der Universität Freiburg, Kollegiengebäude I
Platz der Universität 3

Intervention d'ouverture

Olaf Zimmermann
Que signifie le TAFTA pour notre conception de la démocratie ?

Table ronde

Pierre-Yves Le Borgn'
Député (PS) des Français de l'étranger (Allemagne et Europe centrale)

Dietrich Murswiek
Professeur de droit public et administratif à l'Université de Fribourg

Thierry Vedel
Chercheur CNRS au Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF, Paris), cofondateur du réseau « Démocratie électronique » (DEL)

Olaf Zimmermann
Secrétaire général du Conseil allemand de la culture

Modération

Christian Schubert
Correspondant économique de la FAZ à Paris

Conférence de clôture

Peut-on acheter sa liberté ?
Une réhabilitation de l'argent contre ses contempteurs bien-nourris

Samedi 30.4.2016

18 h

Aula der Universität Freiburg, Kollegiengebäude I
Platz der Universität 3

Conférence de clôture

Armin Nassehi
Professeur de sociologie à l'Université Ludwig-Maximilian de Munich

Présentations

Vendredi 29.4.2016

Suite au débat inaugural

Samedi 30.4.2016

17h30

Présentation d'affiches

Vie et identités en ligne

Etudiants des cursus Medienkulturwissenschaft, Franko-Media et Interkulturelle Studien – Deutschland und Frankreich, sous la direction du Junior-Professor Dr. Stephan Packard, de l'Institut de sciences des médias de l'Université de Fribourg

Samedi 30.4.2016

14 h

Reportages

France / Allemagne :
La qualité de vie est-elle un luxe ?

Etudiants en journalisme du Frankreich-Zentrum de l'Université de Fribourg, avec l'appui de Karsten Kurowski et Julika Herzog (journalistes, chargés de cours au Frankreich-Zentrum)

Films ARTE

Partenaire des Rencontres culturelles franco-allemandes de Fribourg, ARTE propose au public, en collaboration avec le Kommunales Kino, deux films qui mettent en images et problématisent le sujet des Rencontres, « La Bourse ou la vie ».

Entrée libre
Réservation au +49 (0) 761 459800 22 ou sur le site www.koki-freiburg.de

28./30.4.2016

Films ARTE Au Kommunales Kino

Urachstraße 40

Jeudi 28.4.2016
20 h

La loi du marché
Long-métrage de Stéphane Brizé, ARTE France 2015
93 min., version originale sous-titrée en allemand

À 51 ans et après presque deux ans de chômage, Thierry est déjà content d'être parvenu à retrouver un emploi. Dans son travail comme vigile de supermarché, il est bientôt confronté à un dilemme moral : Parviendra-t-il à satisfaire aux exigences des lois du marché en surveillant ses collègues et en les dénonçant à ses patrons ? Vincent Lindon s'est notamment vu décerner pour sa prestation le prix d'interprétation masculine au festival de Cannes.

Samedi 30.4.2016
20 h

Democracy - Im Rausch der Daten
Documentaire réalisé par David Bernet, ARTE/SWR 2015
100 min., version en langue allemande

Dans nos sociétés numériques, chaque clic, chaque conversation téléphonique, chaque paiement par carte bancaire laisse des traces. Les informations personnelles deviennent une marchandise convoitée. La législation est-elle en mesure de suivre le rythme effréné du progrès technique ? Le documentaire accompagne le processus d'élaboration de la loi européenne sur la protection des données. Il ne s'agit de rien de moins que de la confrontation entre les droits des citoyens et les intérêts économiques. Un voyage dans les entrailles de l'UE.

Suivi d'une discussion avec David Bernet.

Les intervenants

Beate Küpper

Vit à Heidelberg en tant que journaliste free-lance et metteur en scène. Études en langues et cultures allemandes et romanes ainsi qu’en politologie, travail pour l’agence de presse EPD et la chaîne SDR à Stuttgart. En 1990, elle obtient le « Deutscher Sozialpreis » dans la catégorie « radio » ; en 2003, le « FrauenMedienPreis » (Prix des médias pour les femmes) pour son film sur le trafic de femmes : Frauenhandel – Die Balkanroute ; et en 2004, le « Deutscher Menschenrechts-Filmpreis » (Prix pour les droits de l’homme).

Depuis 1989, Ulrike Baur a réalisé un grand nombre de documentaires pour les chaînes télévisées ARD, ZDF, 3SAT et ARTE. Elle aborde des sujets comme : le racisme, la migration, la guerre, ou encore la fuite. Et elle aborde leurs effets et conséquences à long terme. On nommera ici en particulier : Srebrenica- die Mörder sind frei (ZDF), Geschäfte mit der Angst- die internationale Entführungsindustrie (ARTE), Go North - Gastarbeiter mit Diplom (ARTE) et plusieurs reportages pour la série documentaire 37 Grad, produite par la chaîne télévisée allemande ZDF.

Justine Lacroix

Né à Liège (Belgique) en 1960. Après des études de droit à l’université de Liège, il obtient un doctorat à l’Institut universitaire européen de Florence. Il enseigne ensuite à l’Institut universitaire européen de Florence et à l'université de Pise. Il est également professeur invité des universités de Florence (Cesare Alfieri), de Lausanne et de la Law School de l’université du Michigan. Depuis 1999, il est titulaire de la chaire Jean Monnet de droit communautaire et d’études politiques européennes à Sciences Po Paris, dont il dirige le Centre d’études européennes. Renaud Dehousse a exercé des activités de conseil auprès de la Commission européenne et est conseiller scientifique et membre du centre d’études et de recherche fondé par Jacques Delors, Notre Europe . Ses thèmes de recherche sont les institutions et le système politique de l’Union européenne. Publications récentes : The Community Method. Obstinate or Obsolete? (Palgrave Macmillan, 2011), Que fait l’Europe ? (avec Florence Deloche-Gaudez et Sophie Jacquot, Presses de Sciences Po, 2009), Politiques européennes (Presses de Sciences Po, 2009).

Études de philosophie politique à l’Université de Bourgogne et à l’Université Paris 4-Sorbonne. Thèse de doctorat dans le cadre d’une co-tutelle franco-allemande à l’Université de Paris 4-Sorbonne et au Frankreich-Zentrum de l’Université technique de Berlin ( Le Libéralisme politique face à l’avenir des États-nations ). Elle a enseigné dans le département d´Etudes françaises et francophones de l’Université technique de Dresde (1998-2002), puis comme chercheuse au Comité d’études des relations franco-allemandes (Cerfa) de l’ Institut français des relations internationales ( IFRI ) à Paris (2002-2009). Depuis 2009, Claire Demesmay dirige le programme France / Relations franco-allemandes de l’Institut allemand de politique étrangère (DGAP) à Berlin. Elle enseigne également à l’Université libre de Berlin. Publications récentes : Que reste-t-il du couple franco-allemand? (avec Cécile Calla, La Documentation Française, 2013), L’Atelier du consensus. Processus franco-allemands de communication et de décision (avec Martin Koopmann et Julien Thorel, Éditions du CIRAC, 2013), La France et l'Allemagne face aux crises européennes (avec Andreas Marchetti, Presses Universitaires de Bordeaux, 2010).

Jonas Lüscher

Diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris en 1973, Bernard Fleury a travaillé pendant trois ans comme cadre dans l’industrie avant de s’engager dans l’action artistique en 1976. En 1978, il fonde la Scène Nationale de Poitiers qu’il dirige jusqu’en 1990, puis rejoint l’ Office National de Diffusion Artistique dont il est le secrétaire général jusqu’en 1996. De 1996 à 1998, il est directeur et chargé des relations internationales de l’ Institut Français à Leipzig ; il est ensuite nommé directeur-adjoint du Centre Dramatique National de Nancy-Lorraine, où il s’occupe principalement du festival Passages , consacré à la promotion du théâtre en Europe de l’Est. En 2002, il prend la direction du théâtre Le Maillon à Strasbourg pour réaliser le projet de Scène Européenne. Bernard Fleury s’investit en outre au niveau international dans différents réseaux, comme par exemple Théâtres de l’Est et de l’Ouest - Rencontres Européennes du Millénaire (THEOREM) , ou bien encore actuellement : International Network for Contemporary Performing Arts (IETM) et Second Cities – Performing Cities (réseau auquel participent Bâle, Mülheim, Dresde, Nowa Huta, Poitiers et Utrecht), réseaux qui contribuent ainsi à l’échange culturel en Europe.

Sébastien Maillard

Né à Neustadt/Waldnaab (Bavière) en 1951. Études supérieures en langues et cultures germaniques, en politologie, histoire, sociologie et théâtre ; doctorat en 1982 de l’université libre de Berlin. Entre 1984 et 2005, il enseigne à l’université de Brême et à l’université de Mayence, puis à partir de 2001, à l’université d’Avignon. De 1984 à 2003, il est conseiller artistique auprès du Théâtre municipal de Brême. De 2000 à 2004, il dirige la filière Musique et gestion culturelle à l’université de Brême. De 2003 à 2005, il prépare la candidature de la Ville de Brême au titre de Capitale européenne de la culture 2010. De 2005 à 2010, il est nommé intendant adjoint et directeur du programme de Linz, capitale européenne de la culture 2009. Actuellement, Ulrich Fuchs est directeur artistique du projet Marseille-Provence, capitale européenne 2013. A partir de 2014, Ulrich Fuchs sera membre du jury de la Commission Européenne pour le choix et l’évaluation des futures capitales européenne de la culture.

Robert Menasse

Née à Paris le 19.1.en 1954. Études de lettres, de sciences politiques et d’économie politique à Paris, à Tübingen, et à Stuttgart. Elle travaille ensuite comme traductrice libérale. En 1975, elle déménage en Allemagne et s’engage au sein du SPD (Parti social-démocrate allemand). Depuis 1985, elle fait partie du bureau confédéral de l’Association des femmes sociales-démocrates (ASF), elle en est la vice-présidente au niveau fédéral dès 1992. Depuis 1994, elle est députée allemande socio-démocrate au Parlement européen. Ses sujets prioritaires sont la protection du consommateur, les droits civiques et la bioéthique. Elle est coordinatrice du groupe parlementaire social-démocrate de la Commission pour le marché intérieur et la protection du consommateur. En 1999, Evelyne Gebhardt reçoit la Croix de chevalier dans l'Ordre du Mérite de la République fédérale allemande ; en 2005 et en 2006, elle est nommée Européenne de l’année.

Wolfgang Merkel

Né en 1965, Andrew Holland est le directeur de la Fondation suisse pour la culture Pro Helvetia . Études de droit et d’économie à Saint-Gall et Berkeley, thèse de doctorat sur l’encouragement de l’art. Depuis 1986, il a occupé diverses fonctions dans le domaine de la culture – organisateur, conseiller en dramaturgie et manager culturel. De 1996 à 2004, il travaille à l’Office fédéral de la culture, qu’il quitte pour le poste de responsable de la division danse auprès de Pro Helvetia . Début 2009, il prend la direction du secteur Promotion culturelle et assumé les fonctions de de directeur adjoint. À côté de ses activités professionnelles, Andrew Holland a été chargé de cours de politique culturelle et de conduite de négociations dans différentes institutions de Suisse et à l’étranger; il est également conseiller indépendant dans des domaines touchant la culture et l’économie privée. Né en Angleterre, Andrew Holland a grandi à Herisau (Canton d’Appenzell).

Née à Rastatt en 1968. Après des études en langues et littératures romanes et germaniques ainsi que sciences politiques à Cologne et Paris, elle a travaillé en tant que journaliste indépendante à Paris et a reçu une formation de journaliste de radio et télévision à la chaine Südwestrundfunk (SWR). Actuellement elle travaille en tant que correspondante culturelle à Paris et comme rédactrice, critique d’art et animatrice pour les programmes de radio SWR2 et Deutschlandfunk . Depuis 2005, elle travaille aussi régulièrement comme correspondante au studio de la radio allemande ARD à Paris.

Né en 1961 à Munster (Westphalie). Études de politologie et de langues et cultures romanes à Heidelberg et Mannheim ; doctorat en politologie en 1990 à Mannheim. En 1997, thèse d’habilitation sur le sujet « Coordination, coopération et préservation de la liberté d’action de l’État ». Enseignement et recherche dans différentes universités dont, entre autres, celles de Stanford, Washington, Constance et l’U niversité allemande des sciences administratives de Speyer. Depuis 2007, il occupe la chaire de politologie de l’université de Mannheim et il est depuis 2010 le porte-parole du réseau national d’excellence « Économie politique des réformes » de la Fondation Allemande pour la Recherche (DFG – Deutsche Forschungsgemeinschaft). Publications récentes : “Non-Conformable, Partial and Conformable Transposition: A Competing Risk Analysis of the Transposition Process of Directives in the EU15” (avec Lars Mäder, in : European Union Politics , 14 (1 ), 2013, 46-69), Reforming the European Union: Realizing the Impossible (avec Daniel Finke et al., Princeton University Press, 2012), "Troubles with Transposition? Explaining Trends in Member-State Notification and the Delayed Transposition of EU Directives" (avec Brooke Luetgert, in : British Journal of Political Science 39 (1) , 2009, 163-194).

Né en 1964 à Dingolfing (Bavière). Etudes de langues et littératures romanes et études de germanistique dans les universités d’Amiens et de Munich. Diplôme de fin d’études en 1991. De 1992 à 1994, il est maître-assistant pour la chaire de littératures romanes du professeur Rainer Warning (Munich). Doctorat en philologie romane en 1994, thèse d’habilitation en 2001 à l’Université de Ratisbonne. De 2003 à 2007 il est professeur ordinaire de littératures romanes à l’Université de Mannheim et depuis 2007 professeur titulaire de la chaire de littératures romanes à l’Université de Fribourg-en-Brisgau. En 2008 et 2009, Thomas Klinkert exerce les fonctions de directeur de recherche au FRIAS (Freiburg Institute for Advanced Studies) et depuis avril 2010, il est président du Frankreich-Zentrum de l’Université de Fribourg-en-Brisgau. Ses domaines de recherche sont les suivants : la France et l’Italie ; sémiotique de la littérature ; théorie et méthodologie de l’analyse du discours littéraire ; narratologie ; intertextualité ; littérature et savoir ; l’amour dans les textes littéraires. Parmi ses publications les plus récentes, on notera en particulier : Epistemologische Fiktionen. Zur Interferenz von Literatur und Wissenschaft seit der Aufklärung (De Gruyter, 2010).

est né en 1963 à Höxter. Après des études en histoire et pédagogie de l’art, en langues et littératures germaniques et romanes, et en philosophie, à Berlin, Braunschweig et Oldenbourg, il travaille d’abord comme rédacteur culturel et critique d’art à Oldenbourg et à Brême (1986-91). En 1991-92, il est consultant dans le domaine artistique et directeur de l’école des Beaux-arts de Langenhagen. C’est à cette époque qu’il crée la collection „vor ort – Kunst in städtischen Situationen“. Il dirige ensuite pendant une dizaine d’années (1992-2001) le Service artistique des affaires culturelles de la Ville de Hamburg ainsi que le programme Art dans l’espace public. En 2001, il exerce les fonctions de vice-directeur du Service culturel de la ville de Stuttgart et en 2003 il est nommé directeur du Service culturel de la Ville de Fribourg-en-Brisgau. Achim Könneke est membre du Conseil supérieur pour la politique culturelle et porte-parole du groupe régional de Bade-Wurtemberg. Nombreuses conférences, publications et séminaires portant sur la politique culturelle, la culture et l’art dans l’espace public.

Né en 1941, études de sociologie et de philosophie. Doctorat en 1967 (Munster), habilitation en 1970 (Université Libre de Berlin). Nombreux séjours de recherche à la Maison des Sciences de l’Homme (Paris) et à l ’Institute for Advanced Study (Princeton). En 1984, il devient membre du Wissenschaftskolleg (Institut de recherche) à Berlin , et il enseigne à l’Université Libre de Berlin ; de 1991 à 1992, il occupe la chaire européenne du Collège de France . Depuis 2001, il est professeur émerite. Wolf Lepenies a reçu, entre autres, le Prix Karl Vossler , le Prix Joseph Breitbach , le Prix Theodor Heuß , le Prix de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie et le Prix pour la paix des libraires allemands . Il est officier de la Légion d’Honneur et docteur honoris causa de Paris 4- Sorbonne. Parmi ses nombreux ouvrages, on citera en particulier : Melancholie und Gesellschaft (Suhrkamp, 1969), Das Ende der Naturgeschichte (Hanser, 1976), Die drei Kulturen (Hanser, 1985), Folgen einer unerhörten Begebenheit. Die Deutschen nach der Vereinigung (Siedler, 1992), Sainte-Beuve (Hanser, 1997), Kultur und Politik (Hanser, 2006), Auguste Comte. Die Macht der Zeichen (Hanser, 2010).

Née en Angleterre en 1963. Études en langues et cultures allemandes et romanes à l’université de Cambridge et en histoire de l’art à l’université d’Essex. De 1990 à 1998, elle est commissaire d’exposition à la Whitechapel Art Gallery à Londres. De 2005 à 2008, elle est la directrice du Kunstverein Freiburg (Fribourg-en-Brisgau). Elle occupe pendant trois ans le poste de Regional Curator de l’UBS Art Collection et est depuis 2012 la directrice du CentrePasquArt de Bienne (Suisse). Felicity Lunn a, par ailleurs, enseigné dans plusieurs universités et écoles d’art ; elle écrit régulièrement pour des revues d’art et organise des expositions internationales comme commissaire indépendante. Elle est membre de la commission d’experts de Pro Helvetia .

a 43 ans. Déjà pendant ses études de sciences politiques, de philosophie et de sciences du théâtre, du cinéma et de la télévision à Cologne et Bologne, elle a été reporter TV au studio régional du Westdeutscher Rundfunk à Cologne. Après ses études, elle a fait une formation à la radio et télévision Norddeutscher Rundfunk de Hambourg. Elle est devenue reporter TV et auteur pour le magazine «Markt» du NDR ainsi que pour les émissions «Plusminus» et «Tagesthemen» de l’ARD. De 2000 à 2005, elle a été reporter pour la Deutsche Welle et en 2008 elle a été nommée rédactrice en chef adjointe à l’unité des magazines d’avant-soirée du NDR. Depuis l’année dernière Sinje Matzner est rédactrice en chef du journal quotidien et adjointe du directeur de l’information pour la chaine culturelle franco-allemande ARTE.

Né en 1969 à Gmunden (Autriche). Études en histoire et en langues et cultures allemandes à l’université de Salzbourg et à l’université de Deusto à Bilbao (Espagne). Sa carrière en tant que journaliste TV et éditeur commence chez tv3 (Tyrol du sud, Bolzano, Italie). En 2001, il fonde son entreprise de production de films blue+green, dont le site, depuis 2010, est à Vienne ; en 2008, il participe avec succès au Documentary Campus de la Masterschool Européenne. Friedrich Moser a enseigné par ailleurs l’histoire et le film documentaire à l’université de Vienne ainsi que la production vidéo à l’École pour graphisme publicitaire de Bressanone (Italie). Ces dernières années, il a réalisé plus de vingt documentaires en tant que producteur, réalisateur et caméraman. Entre autres, deux épisodes du feuilleton scientifique „Phaenomania“ (2013/2014), The Brussels Business (2012) et Die Franzensfeste - Eine Festung und ihre Geschichte (2010). Actuellement, Friedrich Moser travaille sur un documentaire télévisé sur le thème du libre-échange UE/USA et sur un film documentaire pour le cinéma concernant l’État-espion.

est né en 1957 à Nancy. Après des études de droit ( spécialisation en droit international privé et droit européen) il a d’abord travaillé dans un cabinet d’avocats et en tant qu’enseignant à la faculté de droit, avant de devenir journaliste. Depuis 1984, il travaille pour le journal Libération , pour lequel il couvre d’abord la rubrique « immigration » et, plus généralement, les questions juridiques avant, en 1990, de s’occuper de l’actualité communautaire. En 1992, il est nommé correspondant de Libération auprès de l’Union européenne à Bruxelles, un poste qu’il occupe toujours. Il a reçu divers prix de journalisme. En particulier, son Blog « Coulisses de Bruxelles », crée en 2005, a reçu le Prix Louise Weiss du journalisme européen. Jean Quatremer a réalisé plusieurs documentaires pour la télévision et a écrit cinq livres dont plusieurs consacrés à l’Europe : Ces hommes qui ont fait l’euro, querelles et ambitions européennes (Plon, 1999), Les maîtres de l’Europe (Grasset, 2005), Du Larzac à Bruxelles, entretiens avec José Bové (Cherche Midi, 2011) et Debout l'Europe ! Manifeste pour une révolution postnationale en Europe , manifeste de Daniel Cohn-Bendit et Guy Verhofstadt suivi d'un entretien avec Jean Quatremer (Acte Sud et André Versaille éditeur, 2012).

est Professeur de Sciences du Langage à l’Université de Lyon 1. Spécialiste d’énonciation, de linguistique textuelle et d’analyse des discours, il est un spécialiste reconnu de l’expression de la subjectivité dans le langage. Alain Rabatel est par ailleurs président de l’Association de Sciences du Langage (www.assoc-asl.net et http://icar.univ-lyon2.fr/membres/arabatel). Ses travaux portent, entre autres, sur l’analyse des discours médiatiques et politiques (voir notamment les directions de n° des revues Semen , Questions de communication , ou Argumentation et analyses de discours ), à partir des notions de points de vue en confrontation, de la recherche du marquage de la subjectivité, y compris dans les textes dits ‘objectifs’. Il interroge les discours politiques et médiatiques sur la façon dont ils rendent compte des événements conflictuels, à partir des notions de visibilité ou d’invisibilité, de reconnaissance, de déontologie et de responsabilité, qu’il travaille dans le cadre d’une éthique de la discussion démocratique.

est né en 1960 à Melbourne, mais sa famille s’est installée en Allemagne quand il avait trois ans. Il a fait des études en sciences politiques, en sciences économiques et en langues et littérature romanes à l'Université de Fribourg-en-Brisgau et a soutenu sa thèse de doctorat en sciences politiques en 1991. Depuis 1980 Salomon est membre du parti Die Grünen , de 1990 à 2000, il représente les Verts au Conseil municipal de Fribourg, depuis 1992 il est député au Parlement de Bade-Wurtemberg, et à partir de 2000 Président de la fraction des Verts. Depuis juillet 2002, il est Maire de la ville de Fribourg-en-Brisgau. En 2003, il devient membre du directoire du Deutsche Städtetag ; en 2004 il rejoint le World Executive Comittee ICLEI (International Council of Local Environmental Initiatives) et il préside depuis 2008 l'Organisation patronale du Bade-Wurtemberg. En 2011, Salomon a été nommé porte-parole des métropoles et vice-président du Städtetag de Bade-Wurtemberg. Il a publié : Grüne Theorie und graue Wirklichkeit. Die GRÜNEN und die Basisdemokratie . (ABI, 1992), Grüne an der Macht. Widerstände und Chancen grün-alternativer Regierungsbeteiligungen (comme éditeur avec Winfried Thaa et Gerhard Gräber; Bund-Verlag, 1994).

Né à Berlin en 1955. Après ses études, sa thèse de doctorat et son habilitation en études germaniques à l'Université Libre de Berlin et un Keeley Visiting Fellowship au Wadham College de l’Université d’Oxford, Hans-Jochen Schiewer devient en 2001 professeur titulaire en langues et littératures germaniques anciennes à l'Université de Goettingen, puis en 2003 à l'Université de Fribourg-en-Brisgau. Il est depuis 2008 le Président de l'Université de Fribourg-en-Brisgau. En mai 2011, le Ministre français de la Culture l'a nommé « Commandeur dans l'Ordre des Palmes académiques ».

Sylvain Schirmann est le directeur de Sciences-Po (IEP) Strasbourg. Agrégé d’histoire, docteur et habilité à diriger des recherches en histoire contemporaine, il est spécialiste en relations internationales . Il a occupé de nombreuses responsabilités administratives , parmi lesquelles assesseur au doyen de l’UFR sciences humaines et arts de l’université de Metz, ou encore directeur du centre d’histoire et civilisation de l’Europe occidentale de Metz. Membre de plusieurs comités scientifiques, il préside celui de la Maison Robert Schuman du département de la Moselle. Il est également secrétaire général adjoint de l’association internationale des historiens contemporéanistes de l’Europe. Parmi les nombreuses publications de Sylvain Schirmann, on mentionnera : « Quel ordre européen ? De Versailles à la chute du IIIème Reich » (2006), « Penser et construire l'Europe 1919-1992. Etats et opinions nationales face à la construction européenne » ( 2007); avec Sarah Mohamed-Gaillard, « Georges Pompidou et l'Allemagne » ( 2012);
Schirmann Sylvain, « L'Europe par l'économie ? » , Bruxelles, Peter Lang, 2013.

est né en 1950 et a fait des études de philosophie et de littérature allemande à l’université de Vienne. Il a travaillé après comme enseignant à l’école et à l’université. Il s’est ensuite spécialisé en management et développement organisationnel. Il est devenu le directeur de KulturKontakt Österreich , une organisation à but non lucratif pour la coopération européenne dans l’éducation et la culture. 2002 il a été nommé secrétaire général de la fondation culturelle européenne/ European Cultural Foundation (ECF) . L’ ECF est une organisation indépendante à but non lucratif, qui se charge de la promotion de la coopération culturelle. Depuis 2010 Gottfried Wagner est conseiller auprès du ministre autrichien pour l’enseignement, l’art et la culture ( Bundesministeriums für Unterricht, Kunst und Kultur - BMUKK ) pour des projets internationaux dans le domaine de l’art et de la culture.

est né en 1946 à Fribourg-en-Brisgau. Après des études de littérature allemande, de littératures romanes et d’histoire à Fribourg, Munich et Bonn, il s’est installé à Paris en 1969. Là-bas, il a pris un poste comme attaché de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) . En 1972 il a obtenu son doctorat à l’université de Bonn. En 1991, il a été nommé professeur pour l'histoire socio-culturelle des relations franco-allemandes à l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) , où il a assuré de 2001 à 2012 la direction du Centre de recherches interdisciplinaires sur l'Allemagne. Depuis 1992, il est co-directeur de la Revue des Annales et, depuis 2002, directeur du Centre interdisciplinaire d'études et de recherches sur l'Allemagne (CIERA) . Michael Werner est président du conseil consultatif du Frankreich-Zentrum de l’université de Fribourg. Il a publié, entre autres: Der Zweck des Lebens ist das Leben selbst. Heinrich Heine. Eine Biographie (avec Jan-Christoph Hauschild; Kiepenheuer & Witsch, 1997), De la comparaison à l'histoire croisée (avec Bénédicte Zimmermann; Seuil 2004), Politiques et usages de la langue en Europe (Editions MSH, 1997).